Musée de l’Homme : une inauguration en 2015 dans la perspective de la COP 21

 Prévue pour octobre 2015, l’inauguration du musée de l’Homme à Paris, fera partie des événements phares de 2015 dans la perspective de la conférence sur le climat COP 21 .C’est ce qu’a annoncé Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, venue visiter le chantier.

Un an avant l’inauguration du musée de l’Homme à Paris et seulement une semaine avant l’arrivée des chercheurs dans le bâtiment, Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie est venue visiter le chantier en compagnie de Geneviève Fioraso, secrétaire d’état à l’Enseignement supérieur et à la Recherche et de Thomas Grenon, directeur général du muséum national d’histoire naturelle.

A cette occasion, la date de l’inauguration du musée de l’Homme, à l’issue de six ans de fermeture a été annoncée : « Elle aura lieu le 17 octobre 2015, soit deux mois avant l’ouverture de la COP 21, la conférence sur le climat qui se tiendra à Paris », a rappelé Ségolène Royal. A ce titre, la réouverture du musée de l’Homme fera partie des événements phares qui vont jalonner l’année 2015 dans la perspective de la conférence parisienne sur le climat. « Avec Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, nous allons définir les grands événements qui démontrent que la France est exemplaire en matière de performance environnementale » a annoncé la ministre de l’Ecologie avant de poursuivre : « Nous sommes la dernière génération à pouvoir empêcher un réchauffement de la planète supérieur à 2 °C. »

 

Métamorphose des espaces intérieurs

 La refonde du musée a été pensée par les architectes de l’agence Brochet-Lajus-Pueyo et Piloté par IPCS. Il s’agissait de concevoir un musée du XXIe siècle qui favorise les échanges entre les occupants et les visiteurs du musée. Le projet a donc consisté d’une part à rénover complétement les installations et les équipements techniques et d’autre part à réaménager le musée afin de le doter des espaces nécessaires à ses activités et à ses fonctions.

Le clos et le couvert étant classé monument historique, les travaux ne devaient pas toucher l’enveloppe tandis que les espaces intérieurs ont été métamorphosés. L’une des plus grandes prouesses a été la création d’un vaste atrium de 16 m de haut dans le pavillon de tête qui offre un éclairage zénithal grâce à la verrière de 1878. L’autre geste architectural a été la création d’une mezzanine qui servira à fluidifier l’espace d’exposition permanente sans occulter la lumière apportée par les grandes baies du bâtiment et qui ouvrent sur la Tour Eiffel.

 

92 millions d’euros de travaux

 Le bâtiment s’organisera en plusieurs grands espaces avec 2500 m² pour les collections, 5000 m² pour les chercheurs et 600 m² dédiés aux espaces de médiation tels que l’auditorium ou le balcon des sciences. L’ensemble a représenté un budget de 92 millions d’euros, dont 12 millions pour la muséographie, financé par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.